Zazie dans le métro

Zazie dans le métro

comédie musicale

création début octobre 2022

De Raymond Queneau
Adaptation et mise en scène Zabou Breitman
Musique Reinhardt Wagner
Chef de chant (en cours)
Lumières Stéphanie Daniel
Scénographie (en cours)
Costumes Zabou Breitman & Bruno Fatalot
Son Léonard Françon
Chorégraphie (en cours)
Assistante à la mise en scène Katja Krüger

Avec Serge Bagdassarian de la Comédie-Française
(distribution en cours)
7 comédiens et 7 musiciens

 

Production déléguée Maison de la Culture d’Amiens – Pôle européen de création et de production
Coproduction MC93 – Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, en cours…

Zazie dans le métro est publié aux Éditions GALLIMARD

DISPONIBLE EN TOURNÉE
D’OCTOBRE À DÉCEMBRE 2022

 

Présentation


Zazie dans le métro
, de Raymond Queneau, vous connaissez ? Oui. On connaît. Tous.

Mais connaît-on vraiment ?

A-t-on en mémoire le parcours fantaisiste et dangereux de cette fillette de province lâchée dans Paris, qui rêve de métro et de bloudjinn ?

Cette petite fille, qui a échappé aux attouchements de son père, tué in extrémis à coups de hache par sa mère, et aux tentatives de papouilles zosées par son beau-père ?

Cette fillette confiée à son oncle Gabriel dont on dit qu’il est hormossessuel, et auprès duquel elle est sûrement en sécurité, ce tonton Gabriel transformiste à Pigalle et plus doux que doux, Marcelline sa femme, qui devient Marcel, Mado P’tit Pieds derrière le bar, le perroquet, Turandot, le chauffeur de taxi, les multiples personnalités d’Aroun Arachide, la veuve Mouak, les satyres, le marché aux puces, et enfin le métro, certes, mais en grève.

Zazie c’est l’écriture brillante et libre de Raymond Queneau, dont Louis Malle avait su repérer l’élégance et l’originalité.
Zazie c’est un joyau dans la littérature française. Une bulle.
On rêve des gros mots. Comme Zazie, qui dit ce qu’on ne doit pas.

 

Note d’intention 

Zazie dans le métro, est le bouquin qui a accompagné mes 5/15 ans. Et plus largement une partie de ma vie, ainsi que d’autres œuvres de Raymond Queneau.
Mon père était un adepte. Avant Zabou, pour Isabelle, j’ai eu Zazie.
Tout dans ce roman m’a toujours emmenée. Sa liberté, d’abord. L’immense liberté de cette petite fille, qui dit tout, même ce qui ne se dit pas. Surtout ce qui ne se dit pas. Ce que les adultes évitent.
Chaque mot, chaque endroit, chaque tournure est un régal d’humour, de poésie, et représente une chanson en devenir : Doukipudonktan, Tu causes tu causes, les papouilles zosées, martiens mon cul, etc.
Je souhaite le spectacle coloré, aussi émouvant que drôle, teinté de cette fausse légèreté qui parsème l’ouvrage et que promet la vie.
Le voyage initiatique de la petite Zazie, au milieu de ces personnages de conte, ancré pourtant dans du vrai de vrai, permet des échappées dansées, chantées…
L’argot, la truculence, les transformistes de Pigalle, l’hormossessualité de Gabriel, le ou la Marcel, les mon cul, les gros mots qui font la joie des petits et des grands, seront là, déclinés assumés, car si Zazie peut être grossière, jamais elle n’est vulgaire.
Zabou Breitman

 

Raymond Queneau

Né au Havre en 1903, Raymond Queneau grandit au sein d’un foyer catholique relativement modeste. Fils unique, il se découvre rapidement une passion pour la lecture et les mathématiques.

Après son Bac, il monte à Paris pour suivre des études de philosophie à La Sorbonne.

En 1924, Raymond Queneau rejoint le groupe des Surréalistes, côtoyant d’abord des auteurs comme Philippe Soupault, Michel Leiris ou André Breton, puis après son service militaire effectué en 1925 en Algérie (dans les Zouaves), le poète Jacques Prévert.

En 1933, il publie son premier livre, Chiendent, transposition en sa savante langue «néo-française» à la fois classique et ludique du «Discours de la méthode», immédiatement récompensé du premier Prix des Deux-Magots.

Il entre en 1938 au comité de lecture des éditions Gallimard. En 1954, il prend chez Gallimard la direction de l’Encyclopédie de la Pléiade qu’il assurera jusqu’à la fin de sa vie.

Zazie dans le métro, sorti en janvier 1959 et adapté au cinéma l’année suivante par Louis Malle, lui apporte la consécration.

 

Zabou Breitman

marinca-085a

Elle fait ses débuts au cinéma en 1982 et signe en 2001 son premier long métrage, Se souvenir des belles choses. Le film est récompensé par trois Césars dont celui de la meilleure œuvre de fiction. Suivront en 2006 L’Homme de sa vie, en 2009 Je l’aimais et en 2010 No et moi. En 2017, elle co-écrit et réalise Paris etc., une série de douze épisodes pour Canal Plus.

Elle débute la mise en scène de théâtre en 2002 avec L’hiver sous la table de Roland Topor (Molière du metteur en scène et du meilleur spectacle 2003), Des Gens d’après son adaptation de documentaires de Raymond Depardon (Molière du meilleur spectacle et de la meilleure adaptation), Blanc d’Emmanuelle Marie, La Compagnie des spectres en 2010 d’après Lydie Salvayre. En 2016, elle met en scène la Logiquimperturbabledufou, un spectacle composé de montages de textes de documentaires sur la folie, d’extraits de Tchekhov, de Shakespeare et de textes originaux.

En octobre 2019, elle crée à la Maison de la Culture d’Amiens Thélonius et Lola, de Serge Kribus, un spectacle salué par la critique et le public de 7 à 107 ans.

En janvier 2021, elle présente au Théâtre de la Porte Saint-Martin, Dorothy, spectacle seule en scène autour de la figure de Dorothy Parker.