Drissa a 11 ans, il est noir, vit dans un HLM, avec ses parents, sa jumelle et son petit frère. Un jour sa famille emménage dans un pavillon tout neuf en province. Ne manque qu’un chien, « un iench », pour compléter ce tableau idéal. Ce chien deviendra un symbole d’intégration tout autant qu’un motif de conflits avec ses parents. Drissa rêve d’une vie banale, où son origine malienne, sa couleur de peau ne l’assigneraient pas systématiquement comme délinquant ou sportif aux talents footballistiques cachés. Et puis, un soir, il y a une bavure policière, ce soir-là, la vie de la famille bascule.
Éva Doumbia dresse en toile de fond le difficile combat d’une population qui, dans un monde pourtant diversifié, reste démesurément absente des modèles et représentations de réussite sociale…

❤ LE COUP DE CŒUR DE BENOIT
Eva Doumbia mêle à ce récit les questions de filiation, d’héritage culturel et d’intégration. Le récit est profond et la fragilité de Drissa nous touche.

en co-réalisation avec Le Safran

photo © Arnaud Berterau