Sur le Requiem de Mozart, une vingtaine de danseurs dans un tour de force euphorisant : 10 000 gestes amenés à ne jamais se répéter. Une magnifique symphonie dansée !
Le chorégraphe s’est lancé dans un projet aussi fou que fascinant : une « forêt chorégraphique » où aucun geste ne se répète. Gestes du plaisir, gestes du travail, gestes historiques, Boris Charmatz organise cette tempête jusqu’à l’hallucination et conçoit sur le chef d’œuvre du Requiem de Mozart un merveilleux hommage à ce qui constitue l’essence et la beauté du spectacle : l’éphémère.

Une pièce d’une rare incandescence. Un magistral remède à la mélancolie.
Libération

Les danseurs sont débridés, joyeux, enfantins.
Télérama

❤ LE COUP DE CŒUR D’EVE
Des danseurs, des couleurs, des formes et des sons pour un tourbillon de plaisir !

photo © DR

Médias