Suspens et rebondissements au sein d’une famille bourgeoise en crise : douze protagonistes à fleur de peau jouent cette partition à huis clos orchestrée avec adresse par Macha Makeïeff où son et lumière exaspèrent le désir. Un Tartuffe digne d’un scénario de roman noir !

De toutes les pièces de Molière, Tartuffe est celle qui suscite les émotions les plus singulières chez le spectateur. Manipulateur, imposteur ordinaire et charismatique, clown cynique, impulsif, Tartuffe fait exploser les liens familiaux, divise, corrompt et révèle à chacun sa part obscure. Il interroge aussi le mystère masculin ; Dom Juan n’est jamais loin. Mais Tartuffe ici est l’Envoyé. Il est un agent de la secte qui doit prendre possession des lieux et des biens et chasser la famille. Le désir et l’impatience d’Elmire pourraient-ils compromettre sa mission ? Tous les personnages de l’histoire sont mus par des désirs contradictoires. Séduction, pouvoir, menace font tanguer la mécanique bourgeoise. Au-delà du bien et du mal, le scénario qui s’accomplit nous divise et fait monter l’inavouable en nous dans un plaisir intime et collectif jusqu’à l’éclat de rire protecteur.

Dans le cadre de l’année Molière – 2022 : 400e anniversaire de sa naissance !

Médias

© Pascal Gely / Hans Lucas
© Pascal Gely / Hans Lucas
© Pascal Gely / Hans Lucas
© Pascal Gely / Hans Lucas
© Pascal Gely / Hans Lucas
© Pascal Gely / Hans Lucas
© Pascal Gely / Hans Lucas

Presse

Macha Makeïeff met en scène Tartuffe en transposant l’intrigue au cœur d’une famille des années 1950. Une réflexion aiguë sur la thématique de l’emprise nourrie par Théorème de Pasolini.

La Terrasse / Agnès Santi

Macha Makeïeff signe un Tartuffe troublant de modernité.

​AFP / Juliette Rabat

Glaçant, ce Tartuffe splendide, dans sa plastique comme dans son propos, a tout du spectacle total.

Zibeline / Suzanne Canessa

Montée en nos temps agnostiques, la comédie prend une autre dimension. C’est l’emprise sur les êtres que désire y traquer Macha Makeïeff.

Télérama / Fabienne Pascaud