En insufflant dans son « art du trio » une mélancolie à la fois romantique et moderne, Brad Mehldau s’est installé en quelques décennies au panthéon des plus grands maîtres du piano jazz.

Interrogeant inlassablement l’esthétique de ce triangle parfait où se jouent et se nouent tous les désirs, le pianiste, accompagné depuis plus de quinze ans par Larry Grenadier à la contrebasse et Jeff Ballard à la batterie, est de ces musiciens qui ne s’enivrent pas de leur virtuosité : préférant, aux éclats de surface, engager leur technique éblouissante dans la quête d’une synthèse collective entre sophistication formelle et expressivité totale. Alternant ballades langoureuses aux tempos extatiques et montées en puissance irrésistibles de swing, Mehldau et ses compagnons, touchent comme par magie à ce point d’équilibre entre sens de l’architecture instantanée et abandon total au démon de l’improvisation. Ils n’ont jamais semblé plus maîtres de leur discours qu’aujourd’hui. Un grand moment de musique !