Deux diamants de cirque réunis dans une soirée unique. Une transe circulaire qui touche au sacré et une figure clownesque, Buster Keaton des temps modernes…

Avec Instante, Juan Ignacio Tula explore les possibilités de la roue Cyr. Agrès circulaire par excellence, elle renvoie aux cercles sacrés. Dans une danse jusqu’à l’épuisement, le corps encerclé par le métal, l’artiste argentin évolue jusqu’à la transe, à la manière d’un Derviche tourneur. À force de mouvements répétitifs, de jeux de spirales, il touche à l’infini… La salle, elle, est subjuguée.
Dans La Fuite, on côtoie un personnage inspiré des belles heures du cinéma muet, dans une atmosphère à la Chaplin. Sac sur le dos, il court. Vagabond, fugitif, réfugié d’hier ou d’aujourd’hui, il affronte les obstacles en série que l’on sème sur sa route. On rit de ce qui lui tombe sur la tête, amusé par sa fragilité, admiratif devant sa capacité à se sortir de situations inextricables.

En partenariat avec le Cirque Jules Verne