L’Homme aux yeux à facettes

L’Homme aux yeux à facettes

création 2019

Le 24 avril 2021 au National Taichung Theater (Taïwan)

Reprise

En septembre 2022 au Taipei Performing Arts Center (Taïwan)

TOURNÉE FRANÇAISE À L’AUTOMNE 2022

d’après l’œuvre de Wu Mong-yi
conception, adaptation, mise en scène et lumières Lukas Hemleb
musique Li Yuan-Chen
scénographie Austin Wang
costumes Huarng Wern-Ying
vidéo Chen Yan-Ren
confection des poupées Lai Yong-Ting
avec Hsu Yen-Ling, Weng Jo-Pei, Ado Kaitiling Pacidal, Soda Voyu, Ipun Kanasaw, Lin Li-Chuan (en cours)

Production National Taichung Theater, Taipei Performing Arts Center, Maison de la Culture d’Amiens (France).
Le spectacle fera partie du programme d’inauguration du nouveau Taipei Performing Arts Center en 2022.

Présentation

Situé à Taïwan dans un futur immédiat, L’Homme aux yeux à facettes est un conte allégorique qui explore différents sujets : la perte d’un être cher et la perte de soi, la solitude, le souvenir, l’identité, la culture, l’écologie, et le dénominateur commun de tout cela, à travers les parcours entrelacés de personnes d’origines très différentes. L’histoire est contemporaine, mais elle est traversée par des mythes et des légendes qui sont à la fois traditionnels et le fruit d’une imagination actuelle. Alice qui vit seule dans sa maison au bord de la mer après avoir perdu son mari et son fils dans un accident de montagne, se prépare à se suicider. Mais avant qu’elle puisse venir à terme de son projet, un tsunami violent s’abat sur Taïwan et inonde toute la côte d’une montagne d’immondices qui se sont accumulées en haute mer. Sur une île lointaine dans l’Océan Pacifique, chaque deuxième fils d’une maison doit, au moment d’avoir atteint ses quinze ans, prendre le large sur une pirogue, en guise de sacrifice au dieu de la mer. Atilei est un fils de la sorte, mais comme il est excellent nageur et navigateur il est déterminé à braver son destin. Au lieu de périr, il finit sur la montagne des immondices flottante dans l’eau. À l’image du tsunami d’immondices qui vient dévaster la côte, l’histoire accumule des trames de formes variées en incorporant d’autres voix, d’autres caractères.

 

Note d’intention

L’Homme aux yeux à facettes d’après de roman de Wu Ming-Yi touche au nerf de la vie actuelle : le processus turbulent de l’urbanisation, l’héritage des habitants autochtones, la fragilité d’une société exposée aux menaces politiques et environnementales. À travers une vision dystopique d’une catastrophe écologique, nous sommes plongés dans un monde dont les bouleversements pulvérisent toutes les certitudes. Les héros de l’intrigue, jetés dans le désarroi, sont amenés à se reconstruire autrement. Notre spectacle, fruit de la collaboration entre artistes taïwanais de tous horizons et un metteur en scène européen familier avec le pays, fait recours à tout ce qui fait partie de l’identité taïwanaise : les arts traditionnels et les arts numériques. À la fois ancré dans le réel et dans le fantastique, il se raconte à travers le jeu des comédiens, des marionnettes, à travers le chant et la musique d’un orchestre traditionnel, mais aussi une musique composée à propos, enregistrée par l’Orchestre National Symphonique de Taïwan. Un dispositif technique sophistiqué permet de filmer les acteurs en train de jouer sur scène et d’insérer leurs prises de vue dans des images de synthèse sur un grand écran qui montre par exemple une maison engloutie par les eaux de la mer. C’est un théâtre où toutes les manipulations techniques sont visibles, comme dans le Bunraku japonais. À la fin, toute la technique disparaît, les personnages se retrouvent dans la forêt, cette ressource spirituelle, matrix à la fois de la vie et de la mythologie.
— Lukas Hemleb

 

Lukas Hemleb

Le double ancrage dans la culture de ses origines allemandes et dans la culture française de son pays d’adoption le caractérise aussi bien que son penchant pour la transgression des genres, sa passion pour la musique, son goût des langues et la curiosité pour la littérature russe et, depuis quelques années, pour la culture chinoise et japonaise. Aujourd’hui il est un metteur en scène qui travaille dans le monde entier. De nombreux théâtres ont présenté ses mises en scènes, à Paris et ailleurs : L’Odéon, la Comédie Française, la MC 93 de Bobigny, le Théâtre de Gennevilliers, le TGP à St Denis, le Théâtre des Abbesses, le Théâtre Vidy-Lausanne, le Burgtheater à Vienne, pour en nommer quelques-uns.
Son travail tourne autour de poètes comme Daniil Harms, Osip Mandelstam, Marina Tsve-taeva et Dante. Comme auteurs contemporains il a mis en scène Daniel Danis, Gregory Motton, Copi, Pierre Charras et Laura Forti, et Simon Stephens. Il a aussi abordé des classiques comme Shakespeare, Lessing, Molière et… Feydeau.
À l’opéra, il a collaboré avec des compositeurs vivants (Benedict Mason, Philippe Hersant, Antonio Pinho Vargas, Gilbert Amy, Elena Kats-Chernin). Son nom apparaît de plus en plus sur les grandes scènes lyriques, en particulier par ses mises en scènes dans le domaine du Baroque.

 

Wu Ming-yi

Wu Ming-yi est un écrivain primé à plusieurs occasions, un professeur d’université et un militant écologiste. Ses créations couvrent la fiction, la prose, la théorie littéraire et les essais.
Son premier roman Les Lignes de navigation du sommeil a été sélectionné parmi les dix meilleurs ouvrages de langue chinoise de 2007 par Yazhou Zhoukan (Asia Weekly), et sa percée internationale avec ses débuts en français L’homme aux yeux à facettes, a été honoré du Prix du livre insulaire 2014 dans la catégorie fictions. En 2018, son dernier roman La bicyclette volée a été nommé pour le prix international Man-Booker à Londres. En tant que militant écologiste, Wu Ming-yi est également membre du conseil exécutif de Taiwan Ecological Stewardship Association et membre du conseil d’administration de Kuroshio Ocean Educational Foundation. L’homme aux yeux à facettes publié en 2011, est une œuvre du réalisme magique qui dépeint l’amour, la nature humaine, la nature ainsi que l’impact négatif de l’Homme sur la nature. Grand succès qui ne faiblit pas, le roman a déjà connu plusieurs rééditions et traductions dans plusieurs langues.

 

Informations complémentaires

Durée : 2h
13 intérpètes dont 3 musiciens