Genre : Jazz / artiste label bleu

Dadada

Trio Roberto Negro

jeudi 5 octobre · 20h30
Petit Théâtre

Réserver · 13 à 29€

«Dadada» trois fois oui pour le trio de Roberto Negro dont les pièces-tableaux font vibrer les couleurs de Miró en musique.

Né à Turin en 1981, c’est d’abord au Congo que Roberto Negro découvre le monde. À six ans, un maître zaïrois l’initie aux rudiments du piano puis se succèdent un ancien professeur du conservatoire de Milan et une concertiste russe. De retour en Europe, après le Conservatoire de Chambéry dont il sort en 2006 diplômé de jazz, il rejoint Paris et parfait ses connaissances au Centre des Musiques Didier Lockwood. En 2010, il remporte avec son trio les tremplins Jazz à Oléron et Jazz à Vannes. Dans le même temps son premier album autoproduit, Downtown sorry, prix Révélation Jazz Magazine, Elu Citizen jazz ainsi que Like It de JazzIt, reçoit les honneurs de la critique. Des louanges que confirme en 2015 sa nomination par Jazz Magazine comme révélation française de l’année. Au carrefour des musiques contemporaines et improvisées son nouveau trio poétique «DADADA» cisèle des miniatures éblouissantes et sensibles, des abstractions sonores inspirées par les Constellations de Joan Miró. Cosmogonie d’étoiles, de femmes, d’oiseaux que le saxophoniste Émile Parisien exprime en notes spiralées, glissant sur les harmonies sentimentales du piano tout en se jouant des rebonds électro-percussifs de Michele Rabbia. Les trois dépeignant en notes ces formes organiques peintes par le maître catalan tandis qu’il essayait d’échapper sur la toile au gris de la guerre.

Médias

Presse

Un pianiste habité par la poésie.

Télérama

Negro provoque l’irruption d’images chez l’auditeur. Expliquer le don ? Sans doute la virtuosité, la délicatesse du toucher, le sens du vertige, l’art de l’apesanteur. Enfin la culture gigantesque du musicien.

Libération

Une maîtrise surprenante chez un compositeur aussi jeune qui paraît connaître sur le bout des doigts ses classiques, ses modernes et ses jazzeux.

Citizen Jazz

C’est un conteur qui surprend sans cesse l’auditeur.

Jazz Magazine