Genre : Musique Classique

Orchestre de Picardie

direction : Jurjen Hempel

vendredi 28 avril · 20h30
Grand Théâtre

Dans ce programme symphonique autour de Brahms et Schumann, l’Orchestre de Picardie exalte le romantisme dans tous ses états.

Avec ses 21 Danses hongroises (1869 et 1880) écrites à l’origine pour piano à quatre mains, Brahms oppose les climats les plus contrastés à la manière tzigane, alternant sections lentes et vives. L’orchestration ultérieure de certaines d’entre elles rend bien l’atmosphère syncopée et langoureuse avec ses tournoiements de la danse, ses trémolos de cymbalum et ses changements constants de tempo. Le célèbre Concerto pour violon en ré majeur op. 77 du même compositeur (1879) accéda avec difficulté à la notoriété car il nécessite une technique hors pair du soliste confronté à un orchestre souvent déferlant. Aux tutti somptueux du début succède l’entrée du violoniste qui lutte avec vaillance dans des thèmes débordant de vie. Une cadence virtuose débouche sur un climat de détente amplifié. Le mouvement lent présente une mélodie très tendre au hautbois qui fit dire aux contemporains que l’œuvre avait été écrite contre le violon ! Pourtant, par sa sonorité de rêve et sa conquête des plus hautes cimes, il envahit progressivement tout l’espace avant le final exubérant et rythmé rappelant une fête villageoise communicative. La Hollandaise Liza Ferschtman, par son archet princier, portera l’œuvre à son acmé. La Symphonie n° 3 «Rhénane» de Robert Schumann (1851) glorifie le Rhin avec un élan et une sève ancrés dans la religiosité germanique et le panthéisme romantique. À la tête de l’Orchestre de Picardie, le chef néerlandais Jurjen Hempel fera briller de tous ses feux les éclats d’une musique jubilatoire.

Médias

Liza Ferschtman Photo: Marco Borggreve
Liza Ferschtmann Photo: Marco Borggreve
Liza Ferschtman Photo: Marco Borggreve