Violoniste de légende, Gidon Kremer s’associe à un pianiste et une violoncelliste pour un concert de musique de chambre prestigieux.

Monstre sacré, Gidon Kremer (né en 1947) a été reconnu très tôt comme un artiste hors pair, et ce disciple au Conservatoire de Moscou du grand David Oïstrakh s’est illustré auprès d’autres monstres sacrés, les chefs d’orchestre Herbert von Karajan, Leonard Bernstein ou la pianiste Martha Argerich. En 1980, il quitte sa Lettonie natale sous l’influence soviétique pour s’installer en Allemagne de l’Ouest, n’hésitant pas à vivre des expériences atypiques avec le jazzman Keith Jarrett ou le bandéoniste Astor Piazzolla dont il a gravé au disque Les Quatre Saisons de Buenos-Aires avec celles de Vivaldi. Durant l’été 1981, il fonde le Festival de Lockenhaus à l’Est de l’Autriche où il invite ses amis et surtout de jeunes interprètes avec lesquels il partage sa passion de la découverte et une insatiable curiosité. Un lieu devenu mythique, laboratoire de toutes les musiques sans frontière. Quinze ans plus tard, avec la direction artistique de la Kremerata Baltica – ensemble de chambre formé de musiciens baltes qui défendent un répertoire sorti des sentiers battus – il ouvre une nouvelle page qui se perpétue encore.

Presse

Gidon Kremer, l’un des plus éminents violonistes de sa génération (…) et défricheur curieux et infatigable de répertoires oubliés.

La Terrasse

. . le répertoire de Gidon Kremer a enrichi notre perspective, non seulement sur la musique de notre temps, mais aussi sur les oeuvres classiques . . . Nul autre violoniste n’a exploré un répertoire d’une telle ampleur, n’a démontré une curiosité aussi insatiable, n’a exprimé au disque comme au concert une telle soif d’aventure loin des sentiers battus . . .

Diapason

Plus d’une centaine d’enregistrements, des milliers de concerts dans les salles du monde entier, apparitions saluées dans les festivals, collaborations avec des artistes mythiques (…) la feuille de route de Gidon Kremer en jette plein la vue.

Scena