Genre : Musique du monde

Asif Ali Khan

Chants soufis

jeudi 11 mai · 20h30
Grand Théâtre

Une voix de l’extase. Une transe pour atteindre le sacré, hors du temps, hors des frontières…

Les chants soufis du sous-continent indien nous sont arrivés par l’immense Nusrat Fateh Ali Kahn via le Royaume-Uni et Peter Gabriel. Plus qu’un concert, les chants qawwali sont des élans de ferveur, une fête populaire, des transes magiques ! Impossible de rester insensible à ces cris de l’âme, à cette foi ancestrale qui surgit des corps, par la voix d’une incroyable complexité, par des rythmes endiablés des tablas que viennent apaiser les quelques notes de l’harmonium… Le qawwali d’Asif Ali Khan, qui fut l’élève de Nusrat Fateh, s’inscrit dans une tradition soufie séculaire, tout en témoignant d’une empreinte et vigueur personnelle fabuleuse. Au-delà des effets vocaux très sophistiqués et émotionnels, Asif se consacre au don du mot et de la parole pour provoquer l’état de grâce. Soutenu par une invraisemblable section rythmique composée de claquements de main et de l’inévitable dholak, le chanteur se plaît à répéter la puissance d’un couplet hypnotique. Les louanges au saint sont répétées comme une invocation par des chœurs à la fois déchirés et extatiques qui provoquent l’effet d’un état de perte de soi. Depuis le Penjab, ancienne terre du prestigieux Empire moghol, le qawwali parcourt le monde par les voix d’immenses chanteurs. Asif Ali Kahn est de ceux-là, qui se produit sur toute la planète, de la Chine à Londres pour les Jeux Olympiques en 2012.

Médias

© Cynthia Sciberras
© Cynthia Sciberras

Presse

C’est une musique en cercle. Sans début, ni fin. Le chant soufi qawwali tourne comme une obsession. Difficile de se soustraire à son emprise. C’est un chant tourné vers le divin qui scande le nom d’Allah ou celui d’Ali, gendre et fils spirituel du Prophète. Tout le monde se laisse embarquer, agnostiques et athées compris.

Le Monde

Le concert renversant de Asif Ali Khan Manzoor Hussain Santoo Khan Qawwal & Party tient de l’expérience mystique. Leur musique qawwali réserve une vision du « hal », la transe menant à l’illumination. L’élève chéri de Nusrat Fateh Ali Khan, considéré comme l’un des plus doués de sa génération, se surpasse à l’occasion du second concert de sa première tournée en France.

Mondomix

Asif se consacre au don du mot et de la parole pour provoquer l’état de grâce, « amad ». Il ne chante pas pour lui-même mais pour mettre celui qui l’écoute en relation avec l’invisible. Soutenu par les claquements de main et le dholak, entouré de ses frères et cousins, le chanteur se plaît à répéter la puissance d’un couplet hypnotique. Les louanges au saint sont répétées comme une invocation par des chœurs à la fois déchirés et extatiques qui provoquent l’effet de « tarab », cet état de « perte de soi

FIP Radio

(…) Asif Ali Khan, ses frères et ses cousins, ont livré une véritable performance scénique, sur des morceaux continus de 20 à 25 minutes. Le public a incontestablement apprécié les rythmes imposés par les battements de mains, harmoniums et percussions, la qualité des voix, et la gestuelle démonstrative d’Asif Ali Khan, le maître de la scène.

Ouest Franca