Les œuvres

LE JARDIN DES CIMES

Atelier Landscriptum :
Alexandre Libersart, Nicolas Orgelet, Maryline Tagliabue, paysagistes

Étang de Clermont

L’œuvre

À partir des années 1950, l’arbre s’est peu à peu changé en motif paysager fort des Hortillonnages, faisant oublier le marais nu des origines. Bien que ses racines participent aujourd’hui à la stabilisation des îlots, cette strate arborée récente alarme donc les Hortillons, qui voient en elle un signal inquiétant de la fermeture du milieu, loin des champs à l’horizon dégagé que cultivaient les premiers maraîchers. Imaginé par l’Atelier Landscriptum, ce Jardin des cimes récolte les feuilles des saules et des peupliers. À l’ombre d’un bosquet d’arbres, les 500 m2 d’un vaste filet, paysage aérien et gracile, suspendu au gré des frondaisons, se parent ainsi d’or, de brun et d’orange dès l’automne. Clin d’œil poétique à l’imaginaire d’Italo Calvino et de son Baron perché, ce coin de nature suspendu, livré aux mains vertes d’un jardinier des cimes, profite d’un travail lent et invisible, celui de la décomposition des feuilles en un support de culture fertile.

L’artiste

Laboratoire ouvert d’expérimentations sur le paysage, le territoire, la ville, l’Atelier Landscriptum rassemble pour ce projet trois ingénieurs-paysagistes, Alexandre Liebersart, Nicolas Orgelet et Maryline Tagliabue. Chacun apporte au projet des compétences particulières, puisées au sein de parcours complémentaires : Alexandre Libersart réalise des jardins, Nicolas Orgelet conçoit des projets d’espaces publics, tandis que Maryline Tagliabue travaille à des projets d’aménagement culturels.