Des conférences se déroulent à la Maison de la Culture d’Amiens. Elles ont différents thèmes et sont en entrée libre et gratuite. Ces conférences sont organisées en partenariat avec l’UPA, l’UPJV, L’UFR Médecine, les instituts Faire Face et Filmed, les libraires indépendants d’Amiens (Martelle, Page d’encre, Le Labyrinthe)…

La MCA accueille également des lectures en partenariat avec le CR2L.

Eric-Emmanuel Schmitt
Journal d’un amour perdu

Cinéma Orson Welles | mardi 15 octobre | 18h

eric-emmanuel-schmitt

Le célèbre auteur, membre de l’Académie Goncourt, vient présenter son nouveau livre.

« Maman est morte ce matin et c’est la première fois qu’elle me fait de la peine.» Pendant deux ans, Éric- Emmanuel Schmitt tente d’apprivoiser l’inacceptable : la disparition de la femme qui l’a mis au monde. Son livre raconte son « devoir de bonheur» : une longue lutte, acharnée et difficile, contre le chagrin. Demeurer inconsolable trahirait sa mère, tant cette femme lumineuse et tendre lui a donné le goût de la vie, la passion des arts, le sens de l’humour, le culte de la joie.

De livre en livre, Eric-Emmanuel Schmitt traque entre légèreté et gravité d’insaisissables visages de femmes.
Télérama

Toute son œuvre est traversée par des questions existentielles : le bien, le mal, l’amour, la mort, la maladie, la tolérance, Dieu…
Philosophie magazine

Marie de Hennezel & Philippe Gutton
Et si vieillir libérait la tendresse…

Cinéma Orson Welles | mardi 22 octobre | 18h

marie-seule2

À l’occasion de la sortie du dernier livre de Marie de Hennezel, la Maison de la Culture, la librairie Martelle & Espace Formation Consulting vous invitent à la rencontre de la psychologue reconnue pour ses engagements à l’amélioration des conditions de la fin de vie.

La tendresse est une force, une puissance. C’est un élan du cœur qui invite à vivre autrement, à aimer et désirer autrement. En avançant en âge, éclosent de nouvelles émotions. C’est à cette « éclosion » de la tendresse que Marie de Hennezel et Philippe Gutton s’attachent. Il ne s’agit pas d’une tendresse qui aurait été tenue prisonnière pendant la jeunesse, mais la révélation d’un potentiel d’amour que l’avancée en âge rendrait possible. Une découverte en quelque sorte.

Marie de Hennezel réussit comme peu à « dire » la mort à travers son expérience de psychologue en unité de soins palliatifs.
La Croix

Marie de Hennezel écrit sur la vie, le goût de la tendresse, la nécessaire chaleur de l’amour qui nous permet de nous épanouir pour nous approcher au plus près de nous-mêmes et des autres.     
France Culture